Carnet de Voyage

Posted in Voyages on 15 septembre 2012 by mickasim

 ~

Je ne sais pas si vous tenez un carnet lorsque vous partez en voyage. On m’avait conseillé d’en tenir un la première fois que je suis allé en Irlande. Ça m’avait un peu surpris car je ne voyais pas en quoi cela pouvait être intéressant. Surtout, ce n’était pas pratique. Cela occupait forcément au moins une main (et encore intelligemment, je n’avais pas pris de stylo pour laisser libre l’autre main). Je n’avais pas demandé plus d’indications, je pensais que c’était une sorte de superstition. Les jours passaient et malgré de magnifiques randonnées à pied, à vélo (pas évident de tenir ce carnet dans les montées) l’intérêt de mon voyage ne s’en trouvait pas augmenté. Je faisais des essais; je le tenais avec les deux mains, au dessus de la tête, à l’envers. Dans les trajets en bus, je le tenais même orienté vers les paysages. Heureusement, je suis un peu futé, ainsi je le gardais caché au creux de mes mains pour que les gens pensent que c’était un appareil photo. La technique fonctionnait, les gens n’y voyais rien mais comme j’étais occupé à tenir ce maudit carnet, je ne pouvais pas prendre de photographies. Je me consolais en me disant que l’important c’était d’avoir des souvenirs plein la tête. L’idée, c’était peut-être d’écrire ces souvenirs dans un cahier. Maintenant que j’y pense, j’aurais dû le faire au jour le jour.

C’est donc ce que j’ai fait les années suivantes, quand je suis retourné en Irlande. J’ai écrit tout ce que je faisais (dans un des carnets vierges de mon premier voyage !). Sans vraiment me soucier du style. Car tout le monde n’est pas Céline ou Colette (2 grandes romancières, tellement connues qu’on les appelle par leur prénom). J’écrivais donc mes activités de la journée, mes rencontres, le temps qu’il faisait. J’ai proposé au Météo France local (qui doit s’appeler autrement) une copie de mes pages consacrées aux conditions météorologiques, car elles sont très précises, et assez bien écrites je dois dire. Au cas où ils auraient perdu leurs archives. Ce serait un gain de temps.

Plus tard, de retour à la maison, je relisais parfois quelques passages et j’étais heureux d’en retrouver certains dont je me souvenais et d’autres que j’avais totalement occulté.

Extrait du voyage numéro 3, Comté de Donegal.

Jeudi 5 Septembre 2002 :

Réveil 7h. Coup d’œil dehors : de la flotte, du vent (j’avais bien parlé de précisions météorologiques pointues – note de l’auteur rajoutée a postériori). Pas un crachin breton, de la bonne grosse pluie. La chance ne m’aura donc pas suivi 3 ans de suite. Mais on m’a dit que les jours suivants seront mieux. Petit-Déj Irlandais. Bacon, oeuf, saucisse, champignons, tomate. C’est beaucoup dès le matin mais c’est toujours un grand moment de retrouver ce 1er breakfast. (Je me rends compte que j’ai été un peu dur avec moi-même quand je disais plus haut que je ne me souciais pas du style. Car il me semble qu’il y a quelque chose de musical, presque rythmique dans ces descriptions à la fois denses et concises: « bacon, œuf, saucisse, champignons, tomates » nul besoin d’adjectifs ou d’adverbes : une économie de mots, une sorte d’épure. Car on peut vite se laisser aller à un style lyrique devant un tel festin. « Le jaune de l’oeuf d’un ton semblable aux rayons matinaux du comté irlandais éclairait tendrement le bacon à l’aspect de tourbe : marron, grillé, ridé. »)

Retour au carnet :

Le temps se lève. Pas de vélo. Fermé. Le gars qui les loue est prof le reste de l’année, or il se trouve que j’arrive le jour même de la rentrée. Ballade sur la Péninsule de Loughros, jusqu’à une plage : Inishfallen. 2H : 6 km.

Dans mon carnet, parfois je marquais des pensées, des sortes d’aphorismes, des phrases courtes de 2 lignes (aujourd’hui on appelle cela un tweet). A l’époque (19ème et 20ème siècle), il n’y avait guère que Oscar Wilde, Jules Renard, Sacha Guitry, Tristan Bernard et quelques autres qui twittaient. C’était les balbutiements, ils écrivaient sur du papier et on les lisait plus tard. Maintenant tout le monde peut le faire, en temps réel, c’est moins élitiste. Au début, j’hésitais à twitter de peur de ne pas être à la hauteur de Woody Allen, Cioran, ou Justine de l’amour est dans le pré.

J’ai donc retrouvé par hasard un « tweet écrit » dans mon carnet. « Dans ma tête, le bonheur a toujours le visage d’une femme ». Je sais c’est un peu extrême comme propos, j’ai du écrire ça sur le coup de la colère. Ou de la tendresse. Allez savoir. Je ne peux même plus dire si c’est de moi. Je reconnais mon écriture mais ce n’est pas signé, j’ai pu le recopier. Remarquez, ce ne serait pas plus mal si c’était pas de moi. Si j’étais une femme, je me méfierais d’un homme qui écrit ça. Ça sent un peu l’esbroufe, la flatterie, voire l’imprécision. Car le bonheur peut se nicher dans une autre partie du corps que le visage.

Mais revenons à nos moutons. Irlandais, nombreux, dispersés, bariolés, imprudents. J’en ai trouvé qui broutaient sur des terrains de golf, juste devant moi, alors que je m’apprêtait à jouer. C’est bien mal connaître ce sport que de rester à portée de balle d’un de ses pratiquants dont la précision peut se trouver inversement proportionnelle à l’amour qu’il voue à ce jeu.

Suite:

Je comptais faire le Glengesh Pass à vélo, mais puisqu’il n’y en a pas, je le ferai à pied. Direction Laconell par la route qui longe la Loughros Beg Bay. L’arrivée par les hauteurs, sur Laconell en contre-bas, avec la lumière qui perce à travers les nuages est saisissante. Laconell est en fait un gros hameau. Une femme me guète devant sa maison, d’un air méfiant elle se replie sur le pas de sa porte à mon arrivée. Seules les voitures donnent un signe de modernité ici. Plus loin, je vois un vieux paysan à 200 mètres dans un champs. Je lui lance un caillou salut de la main auquel il répond.

C’est ici que je dois prendre le chemin de randonnée qui coupe par les montagnes. J’ignore la difficulté du parcours mais je me lance quand même…

Le suspens est insoutenable, mais à priori, il ne m’est rien arrivé de grave par la suite.

Et si un carnet, c’était de l’écriture qui se ré-incarnait plus tard en souvenirs ?…

Les brèves du SurDiLand #7

Posted in Les brèves on 20 mai 2012 by mickasim

Breves

~ Santé ~

La foule se masse à l’entrée du salon des kinésithérapeutes.

~ Délinquance juvénile ~

Consternation sur la plage de Porspoder.

Pablo pique un seau.

~ Politique ~

Visite du nouveau président français aux Lands allemands.

Il est reçu à Berlin à bras ouverts.

Et au Congo à Brazzaville.

~ Justice ~

Ce matin, un cambrioleur comparaissait devant le tribunal.

Le voleur acquitté, pour éviter la presse

est sorti par une porte dérobée.

Depuis, plus de nouvelles du relaxé. Pas plus de la porte…

~ Nouveau gouvernement ~

A la tête de la France,

un président normal et un super héros.

 

Aphorismes # 4

Posted in Aphorismes on 10 mai 2012 by mickasim

~

~ 1 ~

La progression de l’armée grecque en Macédoine

s’est souvent heurtée à la Résistance, et parfois à des petits pois.

~ 2 ~

Un breton averti en kenavo deux.

~ 3 ~

Au micro de Radio Londres, Pierre Dac n’était pas un Pierre Okay.

~ 4 ~

Ceux qui ont la dent dure n’ont pas forcement la haine fraiche.

~ 5 ~

Les airs de Brassens sont devenus célèbres

d’autres chanteurs brassent de l’air, incognito.

~

Trail de la Vallée des Seigneurs 2010

Posted in BB Team on 27 novembre 2011 by mickasim

~

Il y a quelques années, sous la neige de Lanildut…

Elle avait fière allure cette BB Team.

Une chose est sûre, en 2012, reformation pour un trail à Central Park !

~

Les Photos du Weekend

~

La mascotte Pablo Alias « Bébé Team »

~

La Supportrice alias « Run in my head »

~

La Course

~

L’après-course…

Ah bon, je suis tombé ? Comment t’es au courant ?

~

Retour à la maison

~

Et une Photo de Manou (c’est rare on en profite)

On craque…

~

Jo Le bonhomme de neige

vous salue bien !

~

Aphorismes # 3

Posted in Aphorismes on 17 novembre 2011 by mickasim

– Bonne nouvelle. D’après Google, vous n’avez rien !

~

~ 1 ~

Plus tard je serai chercheur, si ça se trouve.

~ 2~

La blessure au bras d’un quadrupède

demande une intervention rapide.

Et la pose d’un garrot au gorille, i i i yeu.

~ 3 ~

Avec l’âge, une sonate d’automne,

passe souvent par le sonotone.

~ 4 ~

Hommage d’André Malraux à l’entrée de Jean Moulin à l’école primaire:

« En tricycle, Jean Moulin ! »

~ 5 ~

J’aime pas dire du mal, mais quand même, Hitler,

c’était un gros facho.

~

Aphorismes # 2

Posted in Aphorismes on 28 octobre 2011 by mickasim

– Non, ici, en fait, vous êtes encore dans le Tarn-et-Garonne:

le Lot-et-Garonne, ça commence juste derrière ce grand sapin.

~

~ 1 ~

Porter des lunettes.

De l’inconvénient d’être nez.

~ 2 ~

Même au soir d’un grand évènement,

le jour gît.

~ 3 ~

Le début.

En un mot, commençant.

~ 4 ~

L’avantage du soleil est qu’il ne sera

jamais l’ombre de lui-même.

~ 5 ~

Mot de Nicolas II à sa mère:

« Sors avec des amis. Rentrerai tsar. »

~

Les brèves du SurDiLand #6

Posted in Les brèves on 18 octobre 2011 by mickasim

Breves

~ Grandes Oreilles ~

 Les écoutes de L’Élysée prouvent que le pouvoir actuel dispose d’un très bon Hortefeuniste.

~ Paradoxe ~

Un touareg privé de son chameau est contraint à renoncer à la traversée du désert. Il en vit alors une véritable.

~ Marchés Financiers ~

 Les nouvelles notations de l’Agence Moody’s:

France: Aa

Norvège: Aha

Italie: Ah! Ah!

Grèce: Aaaaaaah…

~ Santé Publique ~

La pharma copé de l’Ump est décidément riche. Après le « Servier-vous », disponible sous forme de Mediator, on apprend que du Takieddine 500 était ad-ministrée aux chefs de cabinet du candidat Balladur. Un médicament censé fluidifier les apports financiers.

~ Croyances ~

 Adorateurs du Trèfle à 4 Feuilles, Ligue du Fer à Cheval, Échellistes convaincus et Chatnoirophiles forconnés sont en proie à d’obscures luttes de pouvoir au sein du Syndicat Nationales des Croyances. On se dirige tout droit vers une super scission.

~ Couleurs Politiques ~

 François Bayrou, originaire de Pau, a donné au modem une teinte orangée. François Hollande, pourtant plus proche du rose, peut aussi revendiquer la couleur des Pays-Bas. Tout ça tape sur les nerfs landais.